Bulletin d’analyse sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est

Le rôle de l’ennemi commun dans l’histoire des relations internationales de la dynastie Qing

Comparaison des stratégies face à la Russie, les Pays-Bas et l’Angleterre aux XVIIe –XVIIIe siècles.

jeudi 4 février 2016, par Carl Déry

L’étude des relations internationales de la Chine se fait, bien souvent, malgré le souci d’objectivité qui peut animer les chercheurs, par des prises de position teintées d’idéologies, par une essentialisation de la culture et de la civilisation, ou encore par le recours à des archétypes binaires qui nous ramènent irrémédiablement aux fondements du Nœud Gordien [1]. Rejetant les lieux communs associés à l’essentialisation de « la Chine », nous tenterons plutôt de montrer la manière dont les stratégies des souverains mandchous face à l’étranger étaient guidées par un souci très pragmatique, pouvant faire fi des colorations culturelles, et ramenant la compréhension des événements à la logique politique primaire de la discrimination de l’ami et de l’ennemi [2].

L’ambassade Macartney de 1793 est l’un des événements dominants de l’histoire des relations internationales de la Chine impériale. Le résultat pour l’Angleterre y fut décevant alors que l’empereur Qianlong avait rejeté toutes les requêtes de l’ambassadeur anglais, en y allant de sa fameuse réponse voulant que « la Chine était comme ça » et qu’elle « n’avait besoin de rien qui venait de l’extérieur » [3]. Pendant longtemps, les historiens ont analysé les stratégies impériales chinoises en se basant principalement sur les règles prescrites et codifiées ou sur le discours que les hommes politiques tenaient sur eux-mêmes pour justifier le refus de la Chine de s’ouvrir à l’Angleterre conquérante [4]. Pourtant, en comparant le manque d’ouverture de l’empereur Qianlong face à l’Angleterre avec l’ouverture dont fit preuve son grand-père, l’empereur Kangxi, face à la Russie en 1689, les historiens étaient confrontés à une anomalie épistémologique, reflétant l’impossibilité d’analyser le pragmatisme de la dynastie Qing face à la Russie à partir d’une essentialisation de la politique étrangère chinoise [5]. Depuis le début des années 1990, on assiste à un changement de paradigme dans le domaine de la sinologie alors que la perspective de « l’exception culturelle » est de plus en plus remise en question ; les historiens s’affèrent davantage à vouloir montrer en quoi les institutions et les pratiques de la Chine sont comparables à celles qui sont observées ailleurs dans le monde [6].

JPEG - 297.1 ko
The reception of the diplomatique and his suite, at the Court of Pekin (James Gillray, 1792). Source : National Portrait Gallery, London (published by Hannah Humphrey).

Les relations entre la dynastie Qing et les Pays-Bas au XVIIe siècle sont un bel exemple permettant d’illustrer le rôle joué par l’ennemi commun, davantage que les facteurs culturels ou les règles prescrites par la tradition, dans l’évolution des stratégies de la Chine à l’égard de l’étranger [7]. Dans tous les documents qui témoignent des premières rencontres, l’attitude face à l’étranger reflétait la condescendance et l’indifférence, alors que les envoyés néerlandais étaient décrits comme des « barbares » qui venaient uniquement « présenter un tribut » au Fils du Ciel. Pourtant, après la fuite de Koxinga dans l’île de Taïwan, une collaboration militaire est envisagée entre les deux pays, afin d’éliminer les rebelles chinois qui venaient de chasser les Néerlandais de l’île [8]. Ainsi, face à un ennemi commun, faisant fi des distinctions culturelles, les stratégies à l’égard de l’étranger semblent surtout motivées par les besoins concrets requis par la situation.

L’évolution des relations entre la dynastie Qing et la Russie reproduit une dynamique tout à fait comparable. La présence d’un ennemi commun contribua à favoriser un rapprochement diplomatique entre les deux pays, menant à la ratification du Traité de Nerchinsk de 1689, et plus tard, celui de Kiakhta en 1727. À partir des années 1650-60, l’expansion de la Russie vers le Pacifique avait mené à de nombreux affrontements entre les Cosaques et les troupes mandchoues des Bannières. Les Russes envoyèrent aussi des ambassadeurs pour négocier des ententes commerciales, dont Baikov (1656) et Spathary (1676), mais à chaque fois, ils étaient reçus comme des « porteurs de tribut » se « tournant vers la civilisation », venus pour recevoir les grâces de l’empereur céleste. La prédation des Cosaques contre les populations locales qui étaient des vassaux de l’Empire Qing, ainsi que l’occupation de la région du Fleuve Amour (Heilongjiang), mena à des affrontements systématiques, notamment autour de la forteresse d’Albazin en 1685-86.

JPEG - 170.8 ko
The Russian fortress Albazin stormed by Manchu/Chinese Qing forces (Gravure du 17e siècle). Source : Wikipedia. https://en.wikipedia.org/wiki/Albazino

Le royaume Dzungare, mené par Galdan à partir de 1671, devint avec le temps un rival direct de la dynastie Qing pour le contrôle de l’Asie intérieure, notamment en ce qui a trait à l’intégration des populations mongoles comme les Khalkhas et les Urianghai qui, profitant de cette situation, pouvaient changer d’allégeance selon leur intérêt. Pour la dynastie Qing, il fallait à tout prix sécuriser la zone frontalière, et pour cela, empêcher qu’une alliance entre Galdan et la Russie ne puisse se concrétiser [9]. La présence de cet ennemi commun contribua à faciliter le rapprochement diplomatique entre les Russes et les Mandchous, et ils signèrent ainsi le traité frontalier de Nerchinsk en 1689, qui délimitait un segment de la frontière, sécurisait la région d’Heilongjiang, et concédait des privilèges commerciaux à la Russie. Suite à la ratification de ce traité, Kangxi eut les coudées franches et il mena quatre campagnes visant l’élimination de Galdan entre 1690 et 1697 [10].

Ce n’est évidemment jamais le seul facteur dont il nous faille tenir compte, mais à la lumière du rôle joué par l’ennemi commun dans l’histoire des relations internationales de la Chine, on voit tout de suite que l’Angleterre et la dynastie Qing n’en avaient pas en 1793. Ils n’avaient aucune cause géopolitique commune à partir de laquelle ils pouvaient définir les bases d’une entente afin de favoriser leur rapprochement diplomatique. Les Britanniques du XVIIIe siècle avaient d’ailleurs parfaitement compris cette règle politique fondamentale et c’est pourquoi, suite à l’ambassade Macartney, ils voulurent rappeler leur bonne foi en évoquant le rôle joué par leurs troupes dans la suppression de la rébellion des Gurkhas au Tibet en 1792 [11].

JPEG - 502.4 ko
Rébellion des Gurkhas de 1814-16. Source : Gurkha 200. http://www.gurkha200.co.uk/about-gurkhas/gurkha-history/

Notre recherche tend à montrer que c’est l’évolution de l’intérêt géopolitique, davantage que les représentations politiques, idéologiques ou culturelles, qui dicte la fluctuation des stratégies à l’égard de l’étranger. La distinction culturelle vient certes caractériser les décisions et les politiques, mais tout porte à croire que, dans le domaine des relations internationales, il s’agit surtout d’un prétexte servant à justifier une stratégie, un enrobage venant masquer les véritables motifs de la prise de décision.

Crédits (photo de couverture) : L’Empereur Qianlong en habit de cour. Giuseppe Castiglione - Palace Museum, Beijing.


Ce texte s’inspire de ma thèse de doctorat en histoire, La Chine face à l’Angleterre et la Russie aux XVIIe – XVIIIe siècles : Évaluation comparative des attitudes de la dynastie Qing à partir des modalités de l’actualisation frontalière (Université Laval, 2015).

[1En référence ici à l’essai d’Ernst Jünger, Le Nœud Gordien (1953), qui tentait de ramener sommairement tous les grands événements de l’histoire de l’humanité à la valse constamment renouvelée entre les Civilisations de l’Orient et de l’Occident.

[2En référence ici au texte de Carl Schmitt, La notion de politique (1933).

[3Dans la lettre qu’il adressa à George III pour justifier son refus des requêtes anglaises, l’empereur Qianlong lui rappelait que « les produits de la Céleste dynastie sont abondants et il n’est rien qu’elle ne possède ; elle ne compte pas sur les marchandises des Barbares pour que circulent les richesses ». « Tianchao wuchan fengshi, wu suo bu you, yuan bu ji waiyi huowu, yi tong you wu (天朝物產丰盛,無所不有,原不籍外夷貨物,以通有無) », cité par Qin Guojing, 1996. « Cong Qing guan dang’an, kan Magaerni fanghua lishi shishi », dans : Yingshi Magaerni fanghua dang’an shiliao huibian 英使馬噶爾呢訪華檔案史料匯編 (Collection des documents d’archives concernant l’ambassade anglaise de Lord Macartney en Chine), Zhongguo diyilishi dang’an guan, p. 84. La traduction française du texte de l’édit se trouve dans : Alain Peyrefitte, 1991. Un choc de cultures : La vision des Chinois. Paris, Fayard, p. 278-282.

[4Le Recueil des Institutions (Huidian 會典) était l’un des corpus les plus détaillés reflétant « la conduite à adopter » pour les souverains. Les études pionnières de Fairbank et Teng notamment portaient sur une analyse rigoureuse des différentes versions de ce document très riche. Fairbank, John K. et Teng, S.Y., 1941. « On the Ch’ing Tributary System », dans : Harvard Journal Of Asiatic Studies, Volume 6, Issue 2, June, p. 135-246 ; Fairbank, John K., 1942. « Tributary Trade and China’s Relations with the West », dans : The Far Eastern Quarterly, Volume 1, Issue 2, February, p. 129-149.

[5Pour cette raison, les relations sino-russes de l’époque Kangxi (1662-1722) et Yongzheng (1723-1735) furent longtemps perçues comme « [the] most unusual phenomena in Chinese foreign relations in view of China’s claim to universal overlordship ». Hsü, Immanuel C. Y., 1964. « Russia’s Special Position in China during the Early Ch’ing Period », dans : Slavic Review, Vol. 23, No.4, December, p. 688.

[6Le livre de James L. Hevia, Cherishing Men from Afar (Duke University Press, 1995) est un des ouvrages qui symbolise le mieux ce changement de paradigme, en ce qui a trait aux relations internationales de la Chine impériale.

[7Ces relations ont été étudiées par Wills Jr., John E., 1984. Embassies and Illusions : Dutch and Portuguese Envoy’s to K’ang-hsi, 1666-1687. Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

[8Koxinga est l’appellation latinisée de Zheng Chenggong (鄭成功), un loyaliste de la dynastie Ming. Pour diverses raisons, dont le changement de gouverneur à Batavia et les délais de communication, l’alliance ne se concrétisa pas et l’île fut annexée par la dynastie Qing suite à la suppression des rebelles en 1683.

[9Perdue, Peter C., 2004. « The Qing Empire in Eurasian Time and Space : Lessons from the Galdan Campaigns », dans : Lynn A. Struve (ed.). The Qing Formation in World-Historical Time. Cambridge (Mass.) and London, Harvard University Press, p. 57-91.

[10Insistant sur le lien entre les guerres contre Galdan et la négociation diplomatique avec la Russie, Perdue va même jusqu’à affirmer que le succès de la campagne contre les Dzungares aurait été impossible pour la dynastie Qing, sans un accord préalable avec les Russes. Perdue, Peter C., 2005. China Marches West : The Qing Conquest of Central Eurasia. Cambridge (Mass.) and London (Eng.), The Belknap Press of Harvard University Press, p. 161.

[11Une proposition d’assistance militaire aurait aussi été suggérée, mais dans sa réponse, Qianlong insistait sur le fait que la présence des troupes anglaises était inutile puisque la rébellion avait déjà été supprimée avant qu’ils n’arrivent dans la région. La première version de la lettre du Roi d’Angleterre évoquant ce sujet (traduite dans un chinois approximatif par Thomas Staunton) est datée du 17 juin 1795 et la réponse de l’empereur, du 5 février 1796. Voir : Peyrefitte, Un choc de cultures, p. 450-458.

Titulaire d’un doctorat en histoire (Université Laval, 2015), Carl Déry enseigne l’histoire de la Chine depuis une dizaine d’années maintenant, d’abord en Chine, à Chongqing et à Chengdu, mais surtout au Québec, à l’UQTR et à l’Université de Sherbrooke, ainsi que plus récemment, à l’Université Saint-Mary d’Halifax. Il a notamment publié Diplomatie, rhétorique et canonnières : Relations entre la Chine et l’Angleterre, de l’ambassade Macartney à la guerre de l’Opium, 1793-1842 (PUL, 2007).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.