Bulletin d’analyse sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est

Auteurs

Alex Chartrand

Candidat à la maîtrise en Science politique à l’Université de Montréal, Alex Chartrand s’intéresse aux enjeux et aux identités des communautés LGBTIQ en Asie du Sud-Est, plus particulièrement aux Philippines. Dans le cadre de son mémoire, il effectue présentement un travail de terrain à Manille.

Alex Payette

Alex Payette est candidat au doctorat en science politique et professeur à temps partiel à l’Université d’Ottawa. Il est titulaire d’une maîtrise en politique comparée et est spécialiste du système politique chinois, de ses mouvements institutionnels ainsi que de ses courants d’idées. Ses principaux intérêts de recherche portent sur les débats intellectuels sur le confucianisme, les mouvements confucéens locaux et leur rôle dans la gouvernance. Alex Payette a effectué plusieurs séjours dans des institutions et groupes de recherche en Chine continentale, dont l’Université de Science politique et de Droit de la Chine de l’Est (华东政法大学) et le Département de science politique de l’Université océanographique de Chine (中国海洋大学).

Alexandre Marcou

Alexandre Marcou complète un Master en relations internationales à l’Université d’Amsterdam. Il a effectué un stage aux Philippines au cours duquel il a réalisé un documentaire portant sur les transformations urbaines à Manille. Ses intérêts portent sur les relations interculturelles, les mouvements sociaux, et les inégalité sociales notamment dans les pays d’Asie du Sud-Est.

Amandine Davre

Amandine Davre est candidate à la maîtrise en littérature comparée à l’Université de Montréal. Elle est titulaire d’un baccalauréat (bachelor) en marché de l’art à l’ICART Paris. Amandine s’intéresse particulièrement à l’art japonais, qu’il soit traditionnel ou contemporain et souhaite travailler à sa promotion au sein de la Francophonie.

André Pereira

André Pereira est candidat à la maîtrise en science politique à l’Université de Montréal. Il s’intéresse principalement au rôle des acteurs armés non-étatiques dans le cadre des guerres contemporaines.

Anna Ghiglione

Anna Ghiglione (An Wenxue 安文雪) est professeure agrégée au Département de philosophie et directrice du Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’Université de Montréal. Elle est spécialiste de la pensée chinoise ancienne et traditionnelle.

Anne-Laure Mahé

Anne-Laure Mahé est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal et diplômée de l’Institut d’Études Politiques (Sciences Po) de Bordeaux. Elle travaille sur la question de la résilience des régimes autoritaires et en particulier sur le cas du Soudan. Anne-Laure est également membre du Pôle de Recherche sur l’Afrique et le Monde Émergent (PRAME) de l’Université de Montréal.

Ardo Dia

Ardo Dia est titulaire d’une maîtrise en Science politique de l’Université de Montréal et d’une maîtrise en Droit international public de l’Université de Nouakchott en Mauritanie. Il détient également un baccalauréat de l’Université Laurentienne à Sudbury (Ontario). Spécialisé en politique africaine et en études stratégiques, il a enseigné à l’Université de Sherbrooke du Troisième Âge de 2008 à 2010. Il est également président du Groupe d’analyse politique et stratégique (GAPS).

Ariane Laferrière

Ariane Laferrière est candidate à la maîtrise en droit à l’Université McGill et titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal. Ariane s’intéresse particulièrement au droit des femmes, au droit international du travail et à la responsabilité sociale des entreprises multinationales. Après un séjour de recherche à Dacca, elle rédige actuellement son mémoire de maîtrise sur les droits du travail des femmes dans l’industrie d’exportation du vêtement au Bangladesh dans le contexte de l’effondrement du Rana Plaza.

Benoît Hardy-Chartrand

Benoît Hardy-Chartrand est chercheur associé à l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques (UQAM) et membre associé du CÉTASE depuis février 2013. Ses recherches portent sur la politique nucléaire de la Corée du Nord et plus généralement, la sécurité régionale en Asie de l’Est. En 2012, il a été Junior Fellow à l’Université des Nations Unies à Tokyo, au Japon. Il est titulaire d’une maîtrise en science politique (Relations internationales) de l’Université du Québec à Montréal.

C. Michele Thompson

C. Michele Thompson est professeure d’histoire de l’Asie du Sud-Est à la Southern Connecticut State University et titulaire d’un Ph.D. en histoire de l’Asie du Sud-Est de l’Université de Washington. Elle est spécialiste de l’histoire de la médecine traditionnelle vietnamienne et de la médecine coloniale française en Indochine. En plus de la publication de nombreux articles scientifiques, Michele Thompson a co-dirigé un ouvrage intitulé Southern Medicine for Southern People : Vietnamese Medicine in the Making et est l’auteure de Vietnamese Tradition Medicine : a Social History, qui paraîtra bientôt aux éditions National University of Singapore Press. Elle s’intéresse en outre aux enjeux contemporains de l’histoire de la biologie et des études environnementales en Asie du Sud-Est continentale.

Carl Déry

Titulaire d’un doctorat en histoire (Université Laval, 2015), Carl Déry enseigne l’histoire de la Chine depuis une dizaine d’années maintenant, d’abord en Chine, à Chongqing et à Chengdu, mais surtout au Québec, à l’UQTR et à l’Université de Sherbrooke, ainsi que plus récemment, à l’Université Saint-Mary d’Halifax. Il a notamment publié Diplomatie, rhétorique et canonnières : Relations entre la Chine et l’Angleterre, de l’ambassade Macartney à la guerre de l’Opium, 1793-1842 (PUL, 2007).

Chen Pin-Yü

Chen Pin-Yü est candidat à la maîtrise en langues étrangères et littérature à l’Université nationale de Taiwan. En 2012, le ministère taïwanais de l’Éducation lui a décerné la Bourse pour chercheur prometteur dans le domaine des sciences humaines et sociales. Il s’intéresse à l’histoire taïwanaise et à la construction du nationalisme dans la littérature.

Cheolki Yoon

Cheolki Yoon est doctorant en communication à l’UQAM. Ses intérêts portent sur l’immigration, les relations interculturelles et internationales, les inégalités, la participation politique et les mouvements sociaux.

Chiharu Chujo

Chiharu Chujo est diplômée d’un Master en sciences politiques de l’ENS de Lyon et doctorante en japonologie de l’IETT (Institut d’études transtextuelles et transculturelles de l’Université Lyon III). Ses recherches se penchent sur le statut social et les aspects politiques des courants musicaux définis comme populaires et alternatifs, tout en les liant à la place des femmes dans la société japonaise.

Christopher Laurent

Christopher Laurent est candidat au doctorat en anthropologie à l’Université de Montréal. Ayant vécu plusieurs années au Japon, il s’intéresse aux liens affectifs et économiques entre zones urbaines et rurales véhiculés au travers de la cuisine régionale japonaise. Sa thèse porte sur les mécanismes qui permettent à ces traditions régionales d’être incorporées dans le patrimoine national.

Clément Musil

Clément Musil est chercheur associé à l’Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (IPRAUS), Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, ainsi qu’à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC). Il s’intéresse aux questions associant transport et utilisation du foncier dans les villes du sud-est asiatique. Il est titulaire d’un doctorat en urbanisme de l’Université Paris-Est.

Danielle Labbé

Danielle Labbé est professeure adjointe à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal, membre associée du CÉTASE et vice-présidente du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est. Elle est titulaire d’un Ph.D. en urbanisme de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC). Ses intérêts de recherche comprennent l’urbanisation et les pratiques de l’urbanisme dans les pays en développement, l’informalité urbaine, la gestion du patrimoine urbain et architectural, la circulation des modèles urbains et l’appropriation de l’habitat.

Diane Ethier

Professeure titulaire au département de science politique de l’Université de Montréal, l’auteure, retraitée depuis 2014, a consacré sa thèse de doctorat et la plupart de ses recherches et publications à l’analyse comparée des transitions de l’autoritarisme vers la démocratie dans plusieurs régions, notamment l’Asie de l’est. Associée au CETASE, elle est responsable du cours « Régimes politiques de l’Asie de l‘Est ».

Dominique Caouette

Dominique Caouette est professeur agrégé au Département de science politique et Dominique Caouette est professeur agrégé au Département de science politique et responsable du pôle de recherche ECTASE (Études contemporaines et transdisciplinaires de l’Asie du Sud-Est) du Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’Université de Montréal.

Elsa Brais-Dussault

Elsa Brais-Dussault est titulaire d’une maîtrise en Communication internationale et interculturelle à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle s’intéresse à la croissance économique et culturelle des industries culturelles et médiatiques sud-coréennes (ICM), ainsi qu’à l’influence de la Corée du Sud en Asie du Sud-Est. Ses recherches portent sur le développement de la vague coréenne (mouvement Hallyu) en Corée du Sud et à l’international, les relations internationales et politiques, notamment le concept de soft power et l’étude des cultures asiatiques dans une perspective communicationnelle et sémio-pragmatique. Son mémoire en Communication porte sur l’analyse des contenus télévisuels de la vague coréenne en tant qu’expression du soft power asiatique.

Eric Frécon

Eric Frécon enseigne les relations internationales et la géopolitique à l’École navale à Brest et pilote l’Observatoire Asie du Sud-est au sein de l’Asia Centre, à Paris. Il a été rédacteur en chef adjoint du bimestriel Diplomatie en 2011-2012 ainsi que Research Fellow à la S. Rajaratnam School of International Studies à Singapour. Auparavant post-doctorant à l’Ecole Normale supérieure de Lyon, au sein de l’Institut d’Asie orientale (IAO), et chargé d’études au Centre d’enseignement supérieur de la Marine, il est titulaire d’un doctorat en science politique de l’Institut d’Etudes Politiques (Sciences Po) de Paris. Ses travaux portent principalement sur la piraterie maritime en Asie du Sud-Est.

Eugénie Mérieau

Eugénie Mérieau est diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences Po) en Sécurité Internationale et doctorante en sciences politiques à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) Paris. Elle est lauréate de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) et de l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM). Elle est l’auteure de l’ouvrage Les Chemises Rouges de Thaïlande (IRASEC, 2013, 168 p.).

Florian Debry

Florian Debry (Fu Longyang 傅龙阳) est candidat au doctorat en science politique à l’Université de Montréal. Il est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université catholique de Louvain en Belgique. Il a passé plusieurs années en Chine (Université du Zhejiang à Hangzhou 浙大 et Université normale de Pékin 北师大) pour améliorer son mandarin et approfondir sa connaissance de la société chinoise. Ses recherches portent principalement sur la Chine et particulièrement sur la question de l’image nationale à l’étranger et sur les mécanismes de lobbying afin de la promouvoir plus positivement.

Gabriel Fauveaud

Gabriel Fauveaud est chercheur postdoctoral au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CERIUM) et à l’Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier. Il détient un doctorat en géographie de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il travaille depuis 2006 sur les transformations contemporaines de la capitale cambodgienne.

Gilles Verniers

Gilles Verniers est professeur de science politique à l’Université Ashoka, en Inde, chercheur associé au Centre de Sciences Humaines de New Delhi et doctorant au CERI/Sciences Po à Paris. Ses recherches portent sur les mécanismes et les dynamiques de la représentation politique en Inde, ainsi que ses intersections avec la gouvernance centrale et des états. Sa thèse porte sur les transformations politiques des vingt-cinq dernières années en Uttar Pradesh. Il est basé à New Delhi depuis 2005.

Gwenn Pulliat

Gwenn Pulliat est docteur en géographie (Université Paris Ouest) et chercheure associée à l’IRASEC (Institut de Recherche sur l’Asie du Sud Est Contemporaine). Ses travaux portent sur la sécurité alimentaire en lien avec le développement urbain en Asie du Sud Est.

Jean-François Bissonnette

Jean-François Bissonnette est chercheur post-doctoral au Département de géographie de l’Université Laval et associé à la Chaire de recherche du Canada en études asiatiques de l’Université de Montréal. Il détient un Ph.D. de l’Université de Toronto.

Jean-François Rancourt

Coordinateur de l’Asie en 1000 mots, Jean-François Rancourt est doctorant en science politique à l’Université de Montréal. S’intéressant au Myanmar, ses recherches portent principalement sur la libéralisation politique et les relations internationales du pays, en plus de la culture stratégique des militaires birmans.

Jean-François Rousseau

Jean-François Rousseau est professeur adjoint à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa. Il est titulaire d’un doctorat en géographie, qu’il a obtenu à l’Université McGill. Il s’intéresse notamment aux modes de vie des minorités ethniques du sud-ouest de la Chine.

Jonathan Tardif

Jonathan Tardif est titulaire d’une maîtrise en environnement de l’UQÀM et d’un doctorat en géographie de l’Université de Montréal, dans le cadre duquel il s’est intéressé aux enjeux sociopolitiques du développement de l’écotourisme dans les aires protégées du Cambodge. Il est actuellement chercheur postdoctoral à l’Université du Québec en Outaouais où il mène des recherches sur la gouvernance des ressources naturelles au Québec, ainsi que sur les aspects théoriques et pratiques de la résilience des systèmes socio-écologiques.

Julien Porquet

Candidat à la maîtrise en anthropologie linguistique, Julien Porquet s’intéresse à la culture visuelle, particulièrement bouddhiste. Dans le cadre de son mémoire, il a mené des recherches de terrain en Birmanie, spécifiquement sur la fabrication des images de Bouddha et l’importance de la matérialité dans les pratiques bouddhistes contemporaines.

Justin Veuthey

Justin Veuthey est en train de rédiger sa thèse en géographie à l’Université de Montréal, sous la direction du professeur Rodolphe De Koninck. Entre 2009 et 2013, il a passé 22 mois aux Philippines, la plupart du temps sur l’île de Leyte. Ses travaux se penchent sur les impacts des inégalités socio-économiques sur la réduction de risque de catastrophes dues aux aléas naturels. Justin a auparavant travaillé en Europe et en Asie dans les milieux du journalisme et de l’aide humanitaire.

Kathia Lagacé-Nadon

Candidate à la maîtrise en science politique à l’Université de Montréal, Kathia Lagacé-Nadon s’intéresse aux relations entre l’ASEAN, l’Union Européenne, et les grandes puissances. Dans le cadre de son mémoire, elle a effectué un terrain de 7 mois en Europe (France, Belgique) et en Asie (Singapour, Malaisie, Indonésie et Philippines).

Laura Vigo

Laura Vigo est conservatrice pour l’art asiatique au Musée de Beaux-Arts de Montréal ou elle a été responsable de l’exposition "L’Empereur Guerrier de Chine et Son Armée de Terrecuite" en 2010 et du réaménagement de la collection permanente d’art chinois et japonais en 2012. Elle détient un doctorat en archéologie chinoise, une maîtrise et un diplôme post-universitaire en arts asiatiques de la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l’Université de Londres. En 2013, Laura Vigo a également fait partie du comité scientifique de l’exposition "Clemenceau, le Tigre et l’Asie", qui est présentée au Musée Guimet à Paris jusqu’au 16 juin 2014.

Laurent Chircop-Reyes

Laurent Chircop-Reyes est doctorant en anthropologie à l’Université Aix-Marseille (Institut de recherches asiatiques – IrAsia) et titulaire d’un Master de sinologie. Sa recherche doctorale porte sur la transmission et la pratique du savoir-faire des escorteurs du XIXe siècle en Chine du Nord, notamment à travers l’analyse des relations sociales qui s’établissaient entre ces derniers et les Marchands du Shanxi.

Loïc Aloisio

Loïc Aloisio est actuellement doctorant en langue et littérature chinoises à l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia) de l’Université d’Aix-Marseille, où il prépare une thèse sous la direction de Pierre Kaser qui porte sur l’étude et l’analyse de la nouvelle génération d’auteurs de science-fiction chinoise (1985-).

Maïka Sondarjée

Maïka Sondarjée a obtenu sa maitrise en science politique à l’Université de Montréal et est candidate au doctorat en science politique (relations internationales) à l’Université de Toronto. Elle travaille sur l’Inde, l’Amérique latine et les changements de paradigmes en relations internationales, notamment dans le milieu du développement international.

Mamoudou Gazibo

Mamoudou Gazibo est professeur au Département de science politique de l’Université de Montréal et coordonnateur du Pôle de recherche sur l’Afrique et le monde émergent (PRAME). ll a publié de nombreux ouvrages et articles sur la politique comparée, les processus de démocratisation en Afrique, les relations entre la Chine et l’Afrique et les enjeux pour l’Afrique de l’intensification de ses relations avec les pays émergents. Il est par ailleurs impliqué depuis une dizaine d’années comme expert dans les efforts de démocratisation et de développement menés en Afrique par des organisations internationales comme les Nations Unies, l’Union africaine et l’Organisation internationale de la Francophonie.

Marie-Eve Reny

Marie-Eve Reny est professeure adjointe au Département de science politique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les facteurs à l’origine de la résilience des régimes autoritaires et sur la mobilisation sociale et religieuse dans ces contextes.

Marjolaine Morin-Martel

Marjolaine Morin-Martel a complété un baccalauréat en Économie et Politique à l’Université de Montréal et étudie actuellement l’économie à l’Université McGill. À l’été 2015, elle a mené des recherches sur l’Ile des Palawan aux Philippines.

Martin Laroche

Martin Laroche est candidat à la maîtrise en Études Internationales à l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la mobilisation sociale et les impacts sur la qualité de l’alimentation aux Philippines et au Mexique. Martin est également membre de l’Observatoire sur la souveraineté alimentaire du Réseau d’études des dynamiques transnationales et de l’action collective.

Mary Ann Manahan

Mary Ann Manahan est chargée de programme auprès de l’ONG Focus on the Global South-Philippines. Elle travaille sur le patrimoine naturel, l’investissement, la justice sociale et environnementale et les questions liés au genre. Mary Ann est titulaire d’un baccalauréat en sociologie et a suivi plusieurs séminaires de maîtrise en développement et études féministes à l’Université des Philippines-Diliman. Elle est la première chercheuse-militante du programme Initiatives in Critical Agrarian Studies (ICAS) auprès de l’Institute of Social Studies (ISS) de La Haye, aux Pays-Bas.

Mathieu Hamelin

Mathieu Hamelin est candidat à la maîtrise en Études internationales à l’Université de Montréal. Il mène des recherches sur la responsabilité sociale des entreprises, la mondialisation de la production et les droits des travailleurs dans les pays en développement.

Maxime Lauzon-Lacroix

Maxime Lauzon-Lacroix est chercheur affilié au Centre for Chinese Studies de l’Université de Stellenbosch, en Afrique du Sud. Il détient un M.Sc. en Affaires internationales de la London School of Economics et de l’Université de Pékin, de même qu’un B.Sc. en Études internationales de l’Université de Montréal. Après avoir travaillé et étudié en Chine pendant quatre ans, Maxime vit maintenant à Johannesburg.

Maxime Paquin

Maxime Paquin est titulaire d’une maîtrise en affaires publiques et internationales de l’Université de Montréal. Il vit actuellement à Taïwan et s’intéresse particulièrement à la diplomatie culturelle québécoise, aux relations entre la Chine, Taïwan et l’ASEAN ainsi qu’à la gouvernance d’Internet.

Mélissa Côté-Douyon

Mélissa Côté-Douyon est candidate à la maîtrise en urbanisme à l’Université de Montréal. Elle est titulaire d’un baccalauréat en études internationales de l’Université de Montréal. Ses intérêts portent sur les enjeux de « genre et ville » dans les pays du Sud.

Michelle Cho

Michelle Cho est professeure adjointe en études coréennes (Korea Foundation) au Département d’études asiatiques de l’Université McGill. Elle a auparavant effectué un post-doctorat à l’Université Brown et est titulaire d’un doctorat en littérature comparée de l’University of California, Irvine. Elle travaille actuellement à l’écriture d’un ouvrage intitulé The Disenchantment of the Global : Post-millennial South Korean Cinema.

Nicholas Bautista-Beauchesne

Nicholas Bautista-Beauchesne est candidat à la maîtrise en science politique à l’Université de Montréal. Il s’intéresse principalement aux questions de corruption et de transparence dans le contexte malaisien. Après un terrain de quatre mois à Kuala Lumpur, il rédige actuellement son mémoire sur les politiques anti-corruption du gouvernement en Malaisie.

Ninon Lambert

Ninon Lambert est étudiante à la maîtrise en anthropologie. Elle travaille sur l’utilisation de la robotique sociale pour les soins pour personnes âgées au Japon et a notamment fait un terrain de six mois à Tokyo grâce à une bourse de recherche du gouvernement japonais (MEXT).

Ok-kyung Pak

Ok-kyung Pak est titulaire d’un Ph.D. en anthropologie de l’Université Laval. Elle est chercheuse associée au CÉTASE. Elle a publié plusieurs articles sur Sumatra occidental, l’Indonésie et l’île de Jeju en Corée de Sud.

Olivier Mbabia

Olivier Mbabia est coordonnateur-adjoint du Pôle de recherche sur l’Afrique et le monde émergent et a été chercheur post-doctorant du GIERSA à l’Université de Montréal. Ses travaux portent sur une approche comparée des politiques extérieures des puissances émergentes vis-à-vis de l’Afrique (Chine, Turquie et Corée du Sud).

Rodolphe De Koninck

Titulaire de la Chaire de recherche senior du Canada en études asiatiques depuis juillet 2002, Rodolphe de Koninck a été professeur titulaire au département de géographie de l’Université Laval à Québec, Canada, de 1970 à 2002. Il détient un Ph.D. de la National University of Singapore (NUS). Il a écrit de nombreux livres et articles sur l’Asie du Sud-Est.

Rowena Xiaoqing He

Rowena Xiaoqing He est titulaire d’un Ph.D. de l’Université de Toronto et enseigne un cours sur les manifestations de la place Tiananmen à l’Université Harvard. Elle est l’auteure de l’ouvrage Tiananmen Exiles : Voices of the Struggle for Democracy in China.

Sachiyo Kanzaki

Sachiyo Kanzaki est chargée de cours au CETASE. Elle est titulaire d’une maîtrise en relations internationales à l’Université Ritsumeikan ainsi que d’une maîtrise en science politique et d’un doctorat en anthropologie à l’Université de Montréal. Elle a effectué ses recherches postdoctorales à la Johnson-Shoyama Graduate School of Public Policy de l’Université de Saskatchewan. Elle se spécialise dans les enjeux sociopolitiques du Japon et ses intérêts de recherches portent sur la question de l’autonomie des collectivités et du développement régional.

Sarah É. Sawyer

Sarah É. Sawyer est candidate à la maîtrise en science politique à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse particulièrement à la politique birmane et aux enjeux liés au trafic de stupéfiants. Sarah travaille actuellement à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime à Bangkok.

Sarah Neau

Sarah Neau est candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université François-Rabelais de Tours. Elle s’intéresse aux productions artistiques est-asiatiques qui témoignent en particulier d’un rapport entre l’homme et son environnement urbain. Dans le cadre de son mémoire, elle a effectué une année d’échange à l’Université Sungkyunkwan à Séoul et travaille parallèlement en tant que professeur de Français Langue Etrangère à l’Université Normale de Qufu dans la province de Shandong en Chine.

Stéphanie Martel

Stéphanie Martel est candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal et a été coordonnatrice de L’Asie en 1000 mots de ses débuts à mai 2015. Elle est rattachée au Centre d’études de l’Asie de l’Est et au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM). Elle est titulaire d’un M.Sc. en science politique de l’Université Lumière Lyon II. Stéphanie est actuellement Visiting Research Fellow au Center for Strategic and International Studies (CSIS) à Jakarta, en Indonésie. Ses recherches portent sur le rôle du discours dans le régionalisme sécuritaire en Asie du Sud-Est.

Steve Déry

Steve Déry a obtenu son doctorat au département de géographie de l’Université Laval en 1999. Il a ensuite réalisé un séjour postdoctoral auprès de l’Université Toulouse II – Le Mirail. Depuis 2003, il est professeur au département de géographie de l’Université Laval. Chercheur sur l’Asie du Sud-Est continentale depuis plus de 20 ans, il a publié La colonisation agricole au Vietnam (PUQ, 2004) et plusieurs articles qui portent sur l’intégration des régions montagneuses en Asie du Sud-Est.

Steven Peng-Seng

Steven Peng-Seng est candidat à la maîtrise en histoire à l’Université de Montréal et titulaire d’un baccalauréat en études est-asiatiques (spécialité histoire), également à l’Université de Montréal. Il s’intéresse à la colonisation et à la modernisation en Asie, ainsi qu’à tous les phénomènes historiques reliés à la « rencontre » entre l’Asie et l’Occident tels que le panasiatisme, sur lequel porte son mémoire de maîtrise.

Thibault Paris

Thibault Paris complète un master "carrières européennes et internationales" (mention "conflits et développement") à Sciences Po Lille, en France. Il a effectué un an d’échange universitaire (2013-2014) à l’université Hallym en Corée du Sud, et deux stages dans le domaine des droits de l’Homme des Nord-coréens (Database Center for North Korean Human Rights, Mulmangcho). Enfin, il a rédigé son mémoire de master sur les mobilisations de la société civile sud-coréenne après le naufrage du ferry Sewol.

William Wong

William Wong étudie à la maîtrise en science politique à l’Université de Montréal. Il est titulaire d’un baccalauréat bidisciplinaire en philosophie et science politique à l’Université Queen’s. Ses intérêts de recherche incluent les enjeux de sécurité, les relations internationales et l’économie politique.

Xavier Robillard-Martel

Dans le cadre de ses études à la maîtrise en anthropologie (Université de Montréal, 2017), Xavier Robillard-Martel s’est intéressé à l’histoire et à la structure du racisme en Louisiane. Il participe actuellement à un projet de recherche visant à explorer les expériences de discrimination des jeunes Coréens au Japon, sous la direction du professeur Bernard Bernier (Université de Montréal).

Xiaomeng Xie

Xiaomeng Xie est doctorante en littérature comparée à l’Université de Montréal. Ayant accompli ses études en langue et littérature françaises à Beijing, elle s’est rendue à l’Université de Montréal en 2014. Ses domaines d’intérêt sont les suivants : le problème de la maternité dans la littérature, l’étude de la Chine à l’étranger, le bouddhisme, et le taoïsme. Sa thèse portera sur la représentation de la mère dans la littérature moderne chinoise.

Yann Roche

Yann Roche est professeur au Département de géographie de l’UQAM. Il est aussi chercheur en résidence à l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, et membre du Centre Interdisciplinaire de recherches en développement international et société (CIRDIS) de l’UQAM.